Enseignement Secondaire et Supérieur

Une compétence régionale exclusive  

La région a pour compétence exclusive l’enseignement secondaire et supérieur.  

L’actuelle direction de la région Auvergne-Rhône-Alpes y a consacré un budget de 809M € pour l’année 2020. Ainsi, l’enseignement secondaire et supérieur correspond au 2ème poste budgétaire de la Région.  

Ses compétences en matière d’enseignement secondaire et supérieur portent sur :   

  • La gestion des lycées publics d’enseignement général, des lycées professionnels et des établissements (construction, entretien, équipement et fonctionnement) ;  
  • L’organisation des services de restauration scolaire ;   
  • L’attribution des aides aux lycéens et des bourses aux étudiants ;          
  • La participation au financement des sites d’enseignement supérieur, notamment des thèses de doctorat ;               
  • L’élaboration de stratégies régionales pour l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation (SRESRI) dans le but de les coordonner avec leurs stratégies de développement économique (SRDE-II) et d’aménagement du territoire (SRADDET).  

Chiffres clés  

La région Auvergne-Rhône-Alpes est la 2ème région française pour l’enseignement supérieur.  

Elle compte notamment :  

  • 320 000 lycéens et 347 676 étudiants ;  
  • 576 lycées (publics et privés), 8 universités et 50 grandes écoles ;   
  • 6 800 agents du Conseil régional qui préparent les repas dans les cantines, s’occupent de l’entretien et du bon fonctionnement des lycées. 

Principaux enjeux  

Les enjeux en termes d’enseignement secondaire et supérieur sont nombreux.  

En effet, l’année 2021 est riche en changements et notamment au lycée avec la nouvelle réforme du baccalauréat. Fini le diplôme immuable aux trois filières générales iconiques : S, ES, et L. Désormais, les lycéens suivent un tronc commun de sept disciplines auxquelles s’ajoutent des enseignements de spécialité : trois en première puis deux en terminale. Dans cette architecture où l’élève a, a priori, la possibilité́ de choisir plus librement ses cours, l’objectif est de permettre à̀ chacun de préparer un bac adapté à son profil, gage escompté d’une meilleure réussite. Or, cela pose le problème de l’égalité des chances. En effet, tous les lycées ne proposent pas les mêmes disciplines de spécialité. Ainsi le nouveau bac ne risque-t-il pas de fermer des portes au lieu d’en ouvrir ? De même, le contrôle continu occupe une place non négligeable du nouveau bac et cela remet alors en question la légitimité et l’objectivité de ce diplôme.  

Par ailleurs, l’année 2021 fût fortement marquée par les confinements liés à la crise sanitaire de la covid-19. L’enseignement a alors dû s’adapter et basculer rapidement dans le distanciel. Ici aussi, tous les lycées, par manque de moyens ou pour d’autres raisons, n’ont pas été égaux face à cette crise. Alors, comment améliorer la réactivité de ces derniers si jamais la crise de la covid-19 venait à perdurer ? Comment limiter le décrochage scolaire des jeunes ?  

Un autre enjeu de l’enseignement secondaire et supérieur est la sécurité au sein des établissements scolaires et des universités.  

Enfin, un thème récurrent et tout aussi important de l’enseignement secondaire et supérieur sont les menus de restauration. Faut-il arrêter de servir de la viande à la cantine afin de limiter l’impact carbone des établissements d’enseignement secondaires et supérieurs ?  

Principales propositions des candidats  

Voici une présentation des principales orientations des programmes des listes qui se présentent aux élections régionales de 2021 en Auvergne-Rhône-Alpes (par ordre alphabétique selon le nom de la tête de liste).  

Andréa Kotarac, « Une région qui vous protège » 

Pour le RN le principal enjeu au niveau de l’enseignement secondaire et supérieur est la préservation de la laïcité au sein des établissements. Ainsi, le RN souhaite renforcer les sécurités au sein des établissements de formation en mettant en place notamment des référents. Le référent aurait un poste en lien avec la Région et les forces de l’ordre. Il aurait la charge de la prévention des dérives, et aurait un rôle de signalement et de soutien à la défense de la laïcité dans les lycées. 

Bruno Bonnell, « #AURALP » 

Bruno Bonnell souhaite mettre en place un service universel pour tous les lycéens de 16 ans, ce qui représente 100 000 étudiants. Pendant 3 à 6 mois, ces derniers seront invités à dialoguer, apprendre des choses ensemble, découvrir la mixité notamment en faisant se rencontrer les urbains et les ruraux, les habitants du Sud de la Région et ceux du Nord, afin de développer le respect et la compréhension.  

Toujours dans la même perspective de façonner le civisme, il souhaite également engager trois plans de prévention et de sensibilisation dans les lycées : un plan dédié aux addictions de toutes formes (drogues, alcools, écrans, etc.), un plan sur les maladies sexuellement transmissibles et un plan sur le respect de la femme.  

Enfin, Bruno Bonnell désire faire d’Auvergne-Rhône-Alpes la première place apprenante d’Europe, en recensant les milliers d’écoles de la Région et en organisant un maillage. 

Cécile Cukierman « Ensemble pour notre région » 

La liste souhaite proposer une réponse aux interrogations des familles sur la question de l’alimentation, en particulier à l’école. Elle proposera aux enfants des produits issus des circuits courts régionaux, de qualité et garantissant une alimentation saine et diversifiée, respectueuse de la Terre. En outre, la liste défend la gratuité des réfectoires aux lycées et à l’université. En effet, la liste considère que chacun a droit à un repas quotidien de qualité, manger à sa faim et être en bonne santé, avec une option quotidienne végétarienne.  

Chantal Gomez « Faire entendre le camp des travailleurs »  

Chantal Gomez et sa liste souhaitent investir dans la rénovations et l’entretien des lycées.  

Fabienne Grébert, « Les écologistes d’AURA » 

Les écologistes pointent du doigt la responsabilité du mandat de Laurent Wauquiez ainsi que celle de la crise sanitaire dans la précarisation de la situation des jeunes de la Région avec 19% des jeunes qui ne seraient pas insérés dans la région AURA. Leur but sera d’impliquer les jeunes dans la construction de la politique régionale notamment en organisant des « États généraux de la jeunesse » pour en faire des acteurs de leur avenir dans l’optique de lutter contre la précarité étudiante, de renforcer l’accès à la mobilité dans leurs études, ainsi que de favoriser leur responsabilisation. Ces réflexions se conjugueront avec des aides et dispositifs concrets comme la création d’un fond de 1,5 million d’euros pour la prise en charge des loyers impayés, la création d’un dispositif de soutien aux césures ou encore l’élargissement de l’aide au passage du BAFA/BAFD de 200 euros. En plus de l’aspect social, la liste souhaite repenser les lycées et universités selon une logique verte autant dans les assiettes que dans les murs.  

Farid Omeir, « Agir pour ne plus subir  » 

Selon « Agir pour ne plus subir » il est aujourd’hui vital d’équiper les lycées en matériel informatique notamment pour répondre aux besoins créés par la crise sanitaire de la covid-19.  

En matière d’orientation, Farid Omeir souhaite que l’entreprise soit présente dans l’école par l’introduction dans tous les lycées d’un enseignement à l’entreprenariat et l’animation de modules de découverte du monde économique par des professionnels mobilisés. Selon Farid Omeir les choix d’orientation ne doivent plus être subis mais pleinement choisis par les familles. 

De plus, Farid Omeir souhaite valoriser la voie des lycées professionnels auprès des jeunes en maintenant les moyens humains et financiers de ces établissements. 

Enfin Farid Omeir souhaite assurer une égalité de traitement des lycées privés confessionnels, notamment musulmans. 

Laurent Wauquiez, « La Région avec toutes ses forces » 

L’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche défend son bilan en termes d’éducation car il estime avoir amélioré qualitativement la vie dans les lycées. Tout d’abord en les sécurisant davantage. Il ajoute avoir également permis aux lycéens de mieux manger en doublant la part des entreprises régionales sur ce marché, ce qui a permis d’inclure des produits d’agriculture locale dans les assiettes. De plus, il a lancé un plan de rénovation des lycées, dont bénéficie par exemple le lycée de Villeurbanne, plan auquel vient se rajouter la gratuité des manuels scolaires, et la carte Pass’ Région qui permet aux jeunes d’obtenir des réductions pour financer leurs loisirs. Enfin, il a lancé six projets de nouveaux lycées qui seront inaugurés dans les deux prochaines années, comme le nouveau lycée de Gerland ou encore le micro-lycée à Riom pour les jeunes décrocheurs. 

Si ses adversaires lui reprochent d’avoir diminué les crédits affectés à la formation professionnelle, Laurent Wauquiez se défend en dénonçant l’inefficacité des “stages parkings”. Pour compenser leur suppression, il est fier d’annoncer avoir augmenté dans le même temps l’apprentissage de 25%. 

Najat Vallaud-Belkacem, « L’Alternative » 

Concernant l’éducation, Najat Vallaud-Belkacem souhaite construire quatre nouveaux lycées neutres en carbone et l’un d’eux portera le nom de Samuel Paty. Elle voudrait également que la Région rénove 38 lycées et plusieurs campus universitaires. 

Shella Gill, « Union essentielle »  

La liste estime qu’on peut tout à fait mettre de l’argent dans l’enseignement et en particulier dans les lycées. L’objectif du programme de Shella Gill est d’injecter beaucoup de ressources pour l’aménagement des bâtiments qui ne sont pas en état, surtout au niveau des lycées et qui ne donnent pas envie aux jeunes d’aller étudier. Il s’agit de mettre également beaucoup de moyens pour la construction de nouveaux établissements, pour qu’on puisse avoir une offre plus fournie dans les secteurs où il en manque. Il y a des parents qui sont obligés d’aller chercher un établissement scolaire très loin de leur domicile. On peut, en installant des lycées dans les villes moyennes ou plus petites, voir un désengorgement des grandes métropoles. C’est une des 3 grande priorités de la liste : l’environnement, l’éducation avec les transports en commun et le développement des circuits courts.  

Sources : 

Categories:

Tags:

Comments are closed