Farid Omeir

Né à Lyon, Farid Omeir est âgé de 34 ans. Il est marié et père de deux enfants. Cet ancien journaliste de presse écrite est aujourd’hui enseignant et depuis 2019, il est membre de l’Union des démocrates musulmans français (UDMF). L’an passé, il a été candidat aux élections des conseillers métropolitains de la circonscription Porte des Alpes. En 2021, il a conduit les listes communautaristes et musulmanes dans tous les départements de la région Auvergne Rhône-Alpes, sous la bannière « Agir pour ne plus subir ».

Depuis plus de dix ans, il milite activement dans le monde associatif musulman. Selon lui, on observe aujourd’hui un gouvernement qui « ferme des écoles musulmanes, des mosquées, parfois même des clubs sportifs sous des prétextes fallacieux. » Il affirme que les projets de lois à venir sont « liberticides », voire « séparatistes ». Ainsi, il justifie la nécessité d’investir le champs politique afin de mener une véritable action.

En effet, pendant longtemps, ce dernier affirme avoir voté par défaut pour des partis politiques avec lesquels il était pourtant en désaccord sur des pans entiers de leur programme. Aujourd’hui, il se sent représenté par l’UDMF dont il partage les valeurs et le programme. Il n’a donc plus besoin de voter par défaut, mais selon ses convictions, comme des millions de concitoyens.

Selon Farid Omeir, il est important de participer à ces élections pour deux raisons. Tout d’abord, le champ de compétences des régions est un champ élargi. La politique se joue, se décide au niveau régional, que ce soit à propos des formations professionnelles, des lycées, de la gestion des transports, de l’affectation des subventions ou encore de l’aménagement du territoire. La liste a pour projet d’augmenter de plusieurs millions d’euros les aides adressées à la formation professionnelle, notamment à travers des aides au chômage et à la reconversion. Selon eux, les politiques françaises actuelles fragilisent les plus pauvres et les plus fragiles.

En outre, ces élections précèdent d’un an les élections présidentielles ; il s’agit donc d’un enjeu majeur car les résultats seront scrutés de près par les politiques et les journalistes. Il appelle la communauté musulmane à se mobiliser dans un contexte d’islamophobie politique afin d’envoyer un message fort.

Sources :

Categories:

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *