Fabienne Grébert

Fabienne Grébert est une femme politique née en 1965 et engagée dans sa région, la région AURA, depuis 2015. Le 25 février 2021, elle débute sa campagne en tant que tête de liste officielle du parti EELV et candidate aux élections régionales de juin.

Si ses études à l’IEP de Lyon auraient pu présager d’une vocation politique, Madame Grébert porte avant tout son combat en s’appuyant sur une solide expérience en entreprise et des prises de positions qui en découlent.

C’est en 1986 à Lyon, juste après l’obtention de son diplôme de l’IEP mention information et communication, que Madame Grébert débute sa vie professionnelle au poste de cheffe de publicité aux Agences Conseil dans le secteur des relations publiques. Elle continuera son parcours opérationnel en communication et marketing chez BMF jusqu’en 2000 où elle prendra alors ses premières fonctions de management en tant que Présidente du directoire de BURO+ des Savoie. Elle retournera ensuite chez BMF pour y occuper le poste de directrice adjointe. Au terme de cette expérience en 2005, Fabienne Grébert poursuit sa formation à l’Université Pierre Mendès-France à Grenoble où elle obtient un C.E.S.S. de management des organisations. Forte de toutes ses expériences, elle oriente alors sa carrière vers le conseil en RH chez Proman consulting puis en RSE chez Correl, entreprise qu’elle fonde en 2007 et qu’elle gère depuis. Fabienne Grébert est pour ainsi dire une femme qui a su évoluer et s’affirmer autant dans ses fonctions que dans ses domaines d’activité.

Si les combats de Madame Grébert ne sont pas que ceux de l’écologie, il est vrai que son expérience entrepreneuriale avec Correl, cabinet de conseil qu’elle a fondé et qui accompagne la transition écologique des entreprises, témoigne de l’expérience qu’elle a pu acquérir sur le sujet. Si l’on combine à cela sa fonction de responsable pédagogique du Master II de Marketing et Développement Durable à l’IAE Savoie Mont-Blanc, la candidate confirme sa volonté de s’investir pour la thématique écologique, au moins au sein du monde des entreprises. C’est d’ailleurs dans un parti qui en fait un de ses axes principaux que Fabienne Grébert débute la politique en 2015 : Nouvelle Donne. Ce parti est un mouvement politique de gauche lancé en 2013 qui œuvre au renouvellement des pratiques démocratiques en matière de lutte contre le chômage et contre le réchauffement climatique. Si c’est avec ce parti qu’elle est alors élue conseillère régionale de la région AURA sur une liste d’union avec les écologistes et le Front de Gauche, ce n’est pas sous cette étiquette qu’elle candidate en 2021 aux élections régionales mais sous celle du parti EELV.

Première membre élue de son parti Nouvelle Donne, membre clé de la liste Réveillons Annecy ! qui a mis un terme en 2020 à la domination de la droite aux élections municipales de la ville, tête de liste EELV pourtant issue d’un parti partenaire, Fabienne Grébert sait faire bouger les lignes et s’attaque aujourd’hui au bastion Wauquiez pour ces élections régionales. Madame Grébert critique sa manière de communiquer qu’elle juge bien rodée pour masquer le fait qu’il n’agirait pas concrètement dans l’intérêt de la Région. Néanmoins, avec un recours déposé contre sa désignation en tant que tête de liste, la candidate ne fait pas l’unanimité chez ses propres alliés et Bruno Bernard, Président de la Métropole de Lyon, n’a pas vraiment choisi d’afficher son soutien car il lui aurait préféré Maud Tavel, adjointe au Maire de Grenoble (EELV). L’enjeu est donc pour elle de rassembler les gauches en ratissant le plus large possible afin de déjouer les sondages la donnant perdante dans tous les scénarios face à Laurent Wauquiez.

Grandes lignes du Programme de la Liste « Les Écologistes d’AuRa »

« L’écologie, c’est possible ! »

La liste « Les Écologistes d’AuRa » rassemble neuf partis et mouvements à savoir : Génération Écologie (GE), Europe Écologie Les Verts (EELV), Génération.s (G.s), le Mouvement des Progressistes (MdP), Place Publique (PP), Nouvelle Donne (ND), le Mouvement Région Savoie, Allons Enfants (AE) et Transition Écologiste et Citoyenne.

Le projet de cette coalition s’incarne dans la signature de « l’appel pour une région résiliente et solidaire ». En effet, les écologistes font de ces deux points le centre de leur campagne. Il s’agit pour cette coalition de s’appuyer sur les atouts de la Région pour relocaliser la production de l’énergie et de l’alimentation afin de favoriser une économie décarbonée dans son ensemble. La candidate Fabienne Grébert qui porte ce programme s’inscrit donc en à contre-courant de la globalisation et souhaite repenser l’allocation du budget de la Région en ce sens.

Les transports  

Sur ce sujet, le projet de la liste s’axe autour de la décarbonation des transports, processus qu’elle juge particulièrement délaissé par la Région depuis ces 6 dernières années. Cela se concrétiserais d’abord par un investissement de 1,5 milliards d’euros pour « l’amélioration du réseau et la réouverture des “petites” lignes ferroviaires ». À travers cet investissement, le projet consiste à refaire des trains une priorité en les rendant accessibles à tous et à toutes, en s’engageant pour les trains de nuits tout en abandonnant le projet Lyon-Turin, en transformant les gares en véritables lieux de vie et en les connectant aux autres modes de transports. Cette intermodalité passera par un plan vélo de 600 millions d’euros qui visera entre autres à créer 640 km de voies vertes et 75 nouveaux parking relais. Au niveau routier, les transports scolaires seront rendus gratuits sur l’ensemble de la Région et les projets routiers dits « climaticides » seront stoppés (référence à la RN 88 par exemple).

L’économie

Le programme consiste ici à rompre avec la tradition néolibérale que la coalition juge inadaptée à une transition écologique et à la prise en compte des limites planétaires et du développement humain. En se basant sur l’économie circulaire, sociale et solidaire, le développement de nouvelles filières et de nouveaux procédés industriels, les écologistes souhaitent relocaliser l’économie de la Région afin notamment de créer de nouveaux emplois. Par exemple, la création d’une filière Photovoltaïque d’excellence européenne est avancée afin d’exploiter les atouts économiques et scientifiques de la Région. Leur action se caractérisera aussi par une reconversion des sites industriels en difficulté. Quoiqu’il en soit, dans tous ces nouveaux projets l’accent sera mis sur l’importance de leur cohérence avec la transition énergétique ce qui passera notamment par un conditionnement des aides régionales au respect de l’Accord de Paris et à des critères sociaux.

La jeunesse

Les écologistes pointent du doigt la responsabilité du mandat de Laurent Wauquiez ainsi que celle de la crise sanitaire dans la précarisation de la situation des jeunes de la Région avec 19% des jeunes qui ne seraient pas insérés dans la région AURA. Leur but sera d’impliquer les jeunes dans la construction de la politique régionale notamment en organisant des « États généraux de la jeunesse » pour en faire des acteurs de leur avenir dans l’optique de lutter contre la précarité étudiante, de renforcer l’accès à la mobilité dans leurs études, ainsi que de favoriser leur responsabilisation. Ces réflexions se conjugueront avec des aides et dispositifs concrets comme la création d’un fond de 1,5 million d’euros pour la prise en charge des loyers impayés, la création d’un dispositif de soutien aux césures ou encore l’élargissement de l’aide au passage du BAFA/BAFD de 200 euros. En plus de l’aspect social, la liste souhaite repenser les lycées et universités selon une logique verte autant dans les assiettes que dans les murs.

L’Europe

Les écologistes résument eux même leur vision par une devise : “Penser Global, Agir Local”. Toujours dans la logique de consultation citoyenne déjà mise en avant pour la jeunesse, la liste souhaite mobiliser le Conseil économique, social environnemental régional (CESER) afin de porter la voix des citoyens de la Région jusqu’à Bruxelles. L’accent sera mis sur la transition avec au moins 50% de l’enveloppe FEDER des Régions qui sera réservée à cet effet, et ce notamment dans une logique de partenariats économiques alternatifs avec les proches voisins européens (exemple des trains de nuits pour le transit transfrontalier). Les écologistes insistent enfin sur l’importance qu’ils portent à l’exemplarité “du local au global” qui s’appuie selon eux sur les Objectifs de développement durable (ODD).

Sources :  

Categories:

Tags:

Comments are closed