Marguerite

Marguerite

Pourquoi appeler un avocat « Maître » ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

A l’occasion de la venue le 5 février 2019 de l’écrivain, chroniqueur mais aussi avocat, Charles Consigny, intéressons nous à l’appellation « Maître ».

Lorsque l’on s’adresse à un avocat, que ce soit dans un cadre professionnel ou non, il faut l’appeler Maître. Cependant, comme pour un docteur, il n’y a aucune obligation légale. Il s’agit simplement d’une vieille tradition qui perdure. 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette coutume ne vient pas du fait qu’ils ont une maîtrise de droit. Elle est bien plus vieille. Cela remonte au commencement du métier. A l’époque, les avocats étaient ce que l’on appelle des clercs laïques (l’équivalent de ministres ordonnés). En raison de ce statut prestigieux de gardien de l’Église, ils furent nommés « Maître ». Le féminin de ce mot n’existe pas car ce métier était à l’époque réservé aux hommes. 

Depuis cette époque, cette habitude est restée.

L’abréviation pour maître dans les documents de procédure et ordonnances est M° . 

Laisser un commentaire