Etienne

Etienne

M'intéressant de près, et depuis plusieurs années, à la communication digitale et passionné par le gout de la liberté que procure l'entrepreneuriat, j'ai lancé plusieurs projets d'entreprise dont une agence de communication (ad-sum.com). Ayant intégré Forum en 2017, je m'investis aujourd'hui bien volontiers dans le pôle communication.

La face cachée de la radicalisation

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le 18 avril 2016, Forum organisait une table ronde afin de débattre autour du sujet brûlant de la radicalisation des jeunes français. Pour en discuter, trois invités se partageaient la scène : le Docteur Roland Coutanceau, psycho-criminologue et président de la Ligue Française pour la Santé mentale, Taoufik Bourgou, professeur de sciences politiques à Lyon 3 et spécialiste du monde arabe et Yamin Makri, fondateur de l’union des jeunes musulmans.

Après une brève présentation de nos trois spécialistes, les invités ont pu échanger autour du sujet en apportant leur contribution selon leur compétence. Ainsi, la radicalisation des jeunes a été traité à travers les angles de la religion, de la psychologie ou encore de la société. Quelques mois après les attaques meurtrières de Charlie Hebdo et du 13 novembre à Paris, le but était de comprendre les raisons pouvant pousser un jeune français, d’origine étrangère ou non, ayant grandi et été éduqué en France à rejoindre Daesh. Leurs motivations sont-elles purement religieuses ? Relèvent-elles de leur psychologie et donc d’une mentalité ou d’un caractère particulièrement influençable ? Sont-ils animés d’un sentiment de rejet lié à une mauvaise intégration ou à des lois jugées parfois liberticides ? L’Etat a-t-il une part de responsabilité dans cet endoctrinement ? Les hypothèses peuvent-être nombreuses et cette table ronde constitue le moyen d’en savoir plus à ce sujet. Les solutions possibles ont également été discutées, notamment la pertinence des mesures prises par l’Etat en matière de prévention de la radicalisation ou la délégation aux collectivités territoriales de ces politiques de prévention.

Sur scène, les points de vue ont divergé et le moins que l’on puisse dire est que le débat a été particulièrement animé ! Il n’a pas manqué de faire beaucoup réagir ceux qui y ont assisté : libre à vous maintenant de vous faire votre propre opinion en visionnant la conférence !

[easingslider id= »494″]