Etienne

Etienne

M'intéressant de près, et depuis plusieurs années, à la communication digitale et passionné par le gout de la liberté que procure l'entrepreneuriat, j'ai lancé plusieurs projets d'entreprise dont une agence de communication (ad-sum.com). Ayant intégré Forum en 2017, je m'investis aujourd'hui bien volontiers dans le pôle communication.

La Crème de la Crème

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ce vendredi 21 mars 2014 FORUM avait le plaisir de recevoir Kim Chapiron, réalisateur des films Sheitan, Dog Pound et La crème de la crème. Il était accompagné d’une partie du casting du film : Thomas Blumenthal, Alice Isaaz, Karim Ait M’Hand et Marine Sainsily. Cette conférence faisait suite à l’avant-première que nous avions organisée dans une salle d’un cinéma lyonnais, privatisée pour l’occasion et à laquelle environ 380 élèves d’emlyon business school avaient assisté.

Un mot sur le film tout d’abord :

La bande-annonce sulfureuse laisse présager 90 minutes d’un portrait destructeur des écoles de commerce, où les seules préoccupations des élèves sont la fête à excès et la procrastination. Mais le film est plus « sage » qu’il ne veut bien le faire croire. Il propose certes un portrait assez fidèle de ce que peuvent être certains aspects de la vie en école de commerce : la vie de campus, l’importance des associations, de se constituer un réseau… mais force systématiquement le trait.

Les personnages que Kim Chapiron a choisi de traiter sont de vrais stéréotypes : Louis, le membre de la haute-bourgeoisie qui n’a pas à se soucier des montants des frais de scolarité, qui fait partie du BDE (Bureau Des Elèves) et qui multiplie les conquêtes : bref, l’étudiant « cool » par excellence. Kelly au contraire, la fille discrète, venant d’un milieu défavorisé, qui s’est faite toute seule mais qui subit la moquerie de ses camarades de promotion qui contrairement à elle, ont intégré HEC… pardon, la « meilleure Business School d’Europe » par la voie royale, c’est-à-dire après une classe préparatoire. Et Dan, le « polar » -c’est-à-dire un étudiant qui continue de travailler sérieusement en école- qui va se hisser au rang d’étudiant cool grâce à Louis et le réseau qu’ils vont monter.

La conférence nous a donc permis de poser nos questions et de réagir directement, en face à face avec le réalisateur du film. Ce dernier a tout de suite écarté les affirmations selon lesquelles il se serait infiltré avec ses équipes sur le campus d’écoles de commerce, et notamment d’HEC. Kim Chapiron et les acteurs nous ont expliqué qu’ils étaient simplement allés à différentes manifestations étudiantes de ces écoles de commerce pour « observer », « s’imprégner du milieu » : la soirée des « 3 Pams » notamment –comprendre, la soirée des 3 parisiennes, à savoir les 3 écoles de commerce en tête des classements dans l’Etudiant : HEC, ESSEC et ESCP Europe.

Interrogé sur le fait que le sujet du film ainsi que son traitement soient polémique, que les personnages soient stéréotypés, Kim Chapiron nous a simplement répondu qu’il faisait « confiance au spectateur. Il saura discerner les différences : les personnages ne sont pas les seuls qui existent en école de commerce. On a choisi quatre catégories, c’est tout. » Par ailleurs, sur le fait que l’école ressemble à HEC mais n’en porte pas le nom, il nous a répondu : « créer une école fictive c’est plus marrant. Un film ce n’est pas la réalité de toute façon, c’est de la fiction ». Sur ce point on ne pourra pas le contredire. Mais le grand publique, étranger au milieu des écoles de commerce, est-il toujours capable de distinguer les fantasmes sur les écoles de commerce de la réalité ?

Nous tenons encore à remercier Kim Chapiron ainsi que Thomas Blumenthal, Alice Isaaz, Karim Ait M’Hand et Marine Sainsily pour leur venue et leur participation à cette conférence passionnante.

[easingslider id= »513″]